Loin des Champs-Élysées, dans les antres du grand Paris, les libertines asiatiques font la joie des jeunes banlieusards démunis grâce à leurs pratiques érotiques.

Belleville, le quartier des marcheuses

Dans le 20ème arrondissement, les Chinoises les plus belles de la capitale assomment la concurrence dans le domaine de la fellation. Pour cause, un savoir-faire ancestral qui se manifeste dans ces petites mains qui ont fui le régime communiste pour le faste de la démocratie occidentale.

Adossées contre les vitrines de magasins fermés, elles pavanent comme des déesses abandonnées sur les trottoirs du quartier, éclairées par les luminescences des alentours qui nous font découvrir leurs formes. Avec leurs airs timides, à l’ombre des graffitis ratés, elles regardent les passants, ces fantômes d’occident dont elles sont si friandes.

Des libertines assumées

La plupart d’entre elles sont des libertines qui cherchent à s’envoyer en l’air. Boudinées dans leurs faux leggings en latex, elles attirent la curiosité des jeunes retraités en mal de sensations. Souvent regroupées entre libertines en manque de sexe, elles sont très abordables et toujours prêtes à accompagner un jeune homme dans ses pérégrinations nocturnes.

Rencontre avec Yuki, 39 ans

Lorsque nous discutons avec l’une d’entre elles, yuki, nous constatons sa grande sociabilité et son terrible savoir-faire. Yuki porte une écharpe rouge, elle est bien maquillée et aime les grands garçons. Vendeuse dans un bazar en journée, elle vient marcher à Belleville le soir venu dans l’espoir de rencontrer son nouveau prince charmant. Elle se dit nymphomane mais romantique, ce qui n’est pas incompatible. Même si cela n’est pas accepté dans l’imaginaire collectif, il est possible d’être un gourmet et gourmand à la fois.

Habituée des sites de rencontres sur internet, elle préfère désormais la drague de rue en compagnie de ses compatriotes. Le web ne permet pas cette proximité quasiment animale de la relation de séduction : les regards, l’odeur, la sensation, tous ces éléments à l’origine du succès d’une rencontre.

Les salons de massage chinois

Massage traditionnel, massage tuina, etc.. les disciplines ne manquent pas pour se relaxer dans les salons chinois. Le nombre de ces établissements ne cesse d’augmenter ces dernières années sous l’effet de son succès. Difficile de faire un choix entre ces établissements à visée relaxante alors que les libertines de Belleville s’offrent aux premiers venus qui en ont vraiment envie.

Une tradition faites pour durer

Dans le monde, un être humain sur douze est une femme chinoise, cela signifie qu’elles sont autant que l’ensemble de la population Sud-Américaine. Si tout ce beau petit monde se dirige vers Paris pour se mettre à pratiquer la fellation ambulante, cela réglerait pas mal de problèmes.