Günther et Thomas travaillent comme facteurs à Berlin et ils prennent aujourd’hui leurs congés pour visiter la cité phocéenne. Ils sont tous les deux célibataires et disposés à faire des roues arrière sur le respect de la morale.

Ils partent peu chargés pour éviter les taxes aéroportuaires. Un sac à dos de quarante sur cinquante-cinq centimètres de dimension remplit d’aspirines et de préservatifs sans oublier le nécessaire de toilette et quelques slips. Cela devrait suffir…

Ils détiennent un ticket pour une soirée BDSM sur le château d’If, au centre de la rade de Marseille. En effet, un riche mécène russe a loué le château, habituellement réservé au tourisme, pour une soirée libertine très prometteuse. Ils ont donc deux jours devant eux avant le grand soir et ils comptent bien en profiter.

Arrivés à l’aéroport de Marignane, ils constatent que l’atmosphère est bien plus méditerranéenne qu’en Germanie et ils se délectent déjà de cette si belle région. Le bus qui les transporte dans le centre-ville en longeant les quartiers nord va légèrement atténuer ce sentiment.

Une fois en plein cœur de la ville, ils commencent par grimper au sommet de la basilique de Notre-Dame-de-la-Garde. Quel magnifique panorama du haut de ce majestueux monument symbolisant la ville et veillant sur tous les marseillais !

basilique de Notre-Dame-de-la-Garde

Ils descendent ensuite au Vieux-Port pour boire le pastis local et apprennent que ce soir L’Olympique de Marseille affronte le Paris Saint-Germain. Après plusieurs ricards et la rencontre de deux jeunes supportrices autochtones, ils jugent bon de les suivre au stade Vélodrome. Les filles sont ivres d’alcool, ce qui provoque des ouvertures béantes pour nos deux allemands.

À la mi-temps, Thomas va aux toilettes avec la plus moche. Le temps qui leur est donné est trop insuffisant pour une pénétration et elle lui propose une cravate de notaire, autrement dit une branlette espagnole. Cela fait bien longtemps qu’il n’en a pas eu une et étant donné que c’est parfois très réussi, il se laisse séduire. Un peu frustré de ne pas avoir pu éjaculer sur son visage, il fait la tête et retourne prestissimo se rasseoir en tribune. Le Paris Saint-Germain gagne trois à zéro grâce à deux buts d’un jeune italien en pleine éclosion, un certain Marco Verrati. C’est le moment de rentrer, les filles se montrent finalement relativement farouches et les supporteurs de la ville ne seront pas d’humeur joyeuse ce soir. Ils devront donc se rabattre sur une escort girl de Marseille pour l’occasion. Bien que la séduction soit un paramètre agréable, ce n’est pas là l’essentiel.

Le lendemain matin, nos amis se lèvent à neuf heures pour aller flâner rue de Rome et faire les magasins. Ils s’arrêtent ensuite se délecter des marseillaises sur les plages du Prado tout en dégustant un bon vin de Bordeaux. L’ambiance est chaude dans ce quartier de la ville, ce qui plaît énormément à nos compagnons de route. Avant d’aller déguster la bouillabaisse locale, ils repartent faire des emplettes rue du Paradis.

Le repas n’est pas triste puisque la serveuse se montre très entreprenante. Au-delà du petit cocktail de bienvenue généralement réservé aux invités d’honneur, sa croupe incendiaire que laisse entrevoir sa minijupe n’est pas piquée des vers. Au terme du repas, alors que nos comparses se terminent sur une crème de whisky, elle leur propose de visiter les calanques en sa compagnie.

Bingo !

Auteur : le Concombre démasqué