À Paris, beaucoup de salons de massage érotique ont ouvert leurs portes ces dernières années, que ce soit des établissements naturistes ou chinois. Ces maisons proposent différents types de massage et fournissent même des soins à domicile. Les établissements proposant des massages naturistes vont plutôt se concentrer sur les prestations body-body et autres corps à corps. Le principe est que la masseuse est nue et qu’elle enveloppe progressivement le client de sa peau sucrée et de sa sensualité. L’évasion, la relaxation et le bien-être s’en découlent naturellement. Le frottement naturiste body-body est souvent suspecté d’être le support, le moyen de disculpation, l’alibi d’un « happy end » où la friction se limite à une longue fellation d’experte adepte de l’irrumation. Ainsi le massage se fixe spécifiquement sur les zones érogènes ce qui limite les effets apaisants et relaxants de l’exercice prévu à l’origine. De surcroît, le terme « salon de massage naturiste » semble attirer des naturistes, inévitablement, ce qui augmente significativement les risques de dérapages sexuels.

Les salons chinois feraient de leur culture leur appât. Ils proposeraient tout type de frottement permettant de faire rejoindre le ying et le yang, la glace et le feu, l’homme et la femme. Ces prestations seraient diversifiées et comporteraient des massages tantriques et traditionnels. Ces arts thérapeutiques et énergétiques se dérouleraient dans un décor tamisé, relaxant, à la lumière diaphane. Cependant, les instituts présentant ce type de service pourraient se montrer plus à l’écoute de leurs clients. En effet, une fois passé les petites explications apprises par cœur par la masseuse Tibétaine sous diplômée sur les fonctions dispersantes, équilibrantes ou encore tonifiantes du massage chinois, on se rendraient compte du fossé entre la théorie et la pratique.

Pour soigner un traumatisme ou pour traiter le stress, les massages ou les quatre galets posés sur le front ne sembleraient pas suffire pour fidéliser le client. Ainsi, les massages chinois et naturistes se limiteraient à un simulacre de massage maladroit suivi d’une branlette du pénis à la main avec massage prostatique pour ceux qui le souhaiteraient.

Témoignage recueilli sur le web :

La chinoise active ses petites mains sur le sexe de l’occidental qui a besoin de souffler un peu, tel le rat-taupe nu mâle qui fait tout pour garder sa reine dans les meilleures conditions.

Ainsi, les massages seraient l’occasion de baiser, ni plus ni moins, sous couvert d’une excuse de « burnout » professionnel permettant d’avoir des petites entrées chez les chinoises du XVème arrondissement, offertes par le comité d’entreprise.

Les hommes ont bien inventé les religions pour se foutre sur la gueule, les restaurants pour manger, les vernissages pour se saouler alors pourquoi ne pas inventer des massages pour niquer? L’homme a toujours eu besoin de travestir ses plus bas instincts en nécessité culturelle, ceci donnant sens à ses pulsions intrinsèques. Se battre donc exister, manger et boire donc survivre, faire l’amour donc se reproduire. L’homme serait-il un animal social et la masseuse chinoise masturbatrice son suppôt ? Elle qui penserait flatter sa méthode ancestrale. Les massages naturistes et les massages chinois à Paris seraient donc très réputés pour la relaxation qu’ils procurent sur le muscle pubococcygien du périnée, ce qui est essentiel pour repartir du bon pied…